FAQ

Est-ce que ce sont des groupes de thérapie ? Pas spécialement.

Ce sont des groupes de parole, pas des groupes à visée thérapeutiques, même si le simple fait de parler avec d’autres hommes a souvent un effet thérapeutique : se sentir mieux, soulager ses peines, faire des prises de conscience… En cas de problème psychologique, nous vous recommandons de consulter un.e spécialiste.

De quoi parle-t-on ? De vie intérieure et d’émotions

Les membres du groupe choisissent librement à chaque séance ce dont ils veulent parler : cela peut-être leur “météo” du moment (ce qui se passe d’important dans leur vie actuelle), ou un thème spécifique (la relation au père, aux femmes, aux hommes, la sexualité, la façon d’exprimer des émotions, la fierté, la honte, la joie,…) décidé à l’avance ou sur le moment.

Y a-t-il une orientation sexuelle spécifique ? Non

Les groupes sont ouverts à tous, quelle que soit leur orientation sexuelle (hétéro, homo, bi… ). La seule chose qui compte, c’est le fait d’être un homme.

Ça veut dire quoi un “groupe autogéré” ? Sans thérapeute ni référent

Les groupes sont constitués d’hommes à égalité entre eux : personne n’est “le sachant”, “le thérapeute”, ou “l’animateur”… Le groupe peut décider ponctuellement de confier l’animation à un homme, mais il est recommandé de faire tourner cette responsabilité pour conserver l’égalité des hommes.

Combien y a-t-il d’hommes dans un groupe ? Une dizaine, c’est bien

Environ 10 hommes nous semble le bon compromis : l’énergie de groupe est bonne et c’est léger à organiser. Avec moins de 7 hommes, le groupe peut manquer d’énergie et s’étioler. Avec plus de 12 hommes, les temps de parole de chacun sont mécaniquement plus restreints, et le groupe devient plus lourd à organiser.

Le nombre d’hommes dans un groupe peut varier selon les groupes et dans le temps. Au démarrage, tous les groupes n’ont pas tous la même taille, cela dépend du nombre d’hommes qui s’engagent lors de la création. Par la suite, il arrive que des hommes quittent le groupe pour différentes raisons : ils déménagent, des contraintes familiales rendent difficile leur participation, ils ont l’impression d’avoir fait le tour… Le groupe peut alors continuer avec les participants restants, ou chercher à intégrer d’autres membres sur une base individuelle, ou fusionner avec un autre groupe. Chaque groupe décide ce qu’il souhaite faire…

Les groupes sont-ils ouverts ou fermés ? Ils sont fermés

Une fois que le groupe est constitué, sa composition ne change pas : on retrouve les mêmes hommes à chaque fois. Cela permet une plus grande confiance et intimité. Si un membre choisit de quitter le groupe, il n’est en général pas remplacé. Du coup, choisir d’entrer dans un groupe demande un certain engagement vis-à-vis des autres.

Quelle est la fréquence des réunions ? Toutes les 2, 3, 4 semaines ou plus, c’est vous qui décidez

Les groupes étant autogérés, ce sont les membres du groupe qui décident eux-même de la fréquence à laquelle ils souhaitent se retrouver. Certains groupes décident d’un calendrier annuel, d’autres décident d’une fois sur l’autre. Parfois, pour des raisons d’agenda, la fréquence entre deux réunions varie. Tout est possible.

Quelle est la durée des réunions ? Au choix, mais 3 heures fonctionnent bien

Les groupes étant autogérés, chaque groupe choisit son horaire de démarrage et la durée des réunions. Notre expérience est que 3 heures est un bon format, sur des créneaux de type 19h-22h ou 20h-23h.

Où se passent les réunions ? Où vous voulez… mais plutôt au calme

Le groupe choisit l’endroit qui lui convient pour être au calme et dans des conditions propices pour aborder des sujets d’intimité : une petite salle louée pour une soirée, chez l’un des membres,… Il est aussi possible de se réunir dans un café, mais il est plus difficile d’y être en intimité.

Combien ça coûte ? C’est gratuit, sauf le prix de la salle où vous vous réunissez

Les groupes étant autogérés, les participants ne paient rien… pour se rencontrer ! En revanche, si vous décidez de vous réunir dans une salle pour être tranquilles et entre vous (notre recommandation), celle-ci sera sans doute payante.

Est-ce qu’on ne fait que parler ? Ce n’est pas une obligation

Au départ, la proposition est celle d’un groupe de parole… où on vient pour parler ! Et notre expérience est que la vie intérieure de chacun est suffisamment riche pour combler, au travers des échanges, de très nombreuses soirées. Pour autant, certains groupes décident de pratiquer ensemble à l’occasion d’autres activités que la parole : d’autres formes de développement personnel (et elles sont nombreuses !), des activités artistiques (danse, argile…), culturelles (aller au spectacle ensemble…), sportives (ballades en forêt…), etc.

Pourquoi les groupes ne sont-ils pas mixtes ? Car on y partage un vécu d’homme

Dans un groupe composé uniquement d’hommes, chaque homme peut partager avec ses pairs en toute liberté. Évoquer des sujets intimes – comme le rapport aux femmes ou la sexualité par exemple – est très différent quand on est uniquement entre hommes. Par ailleurs, le fait de n’être qu’entre hommes permet d’éviter au groupe d’être le lieu par exemple de rapports de séduction ou de rivalité qui peuvent arriver dans les groupes mixtes.

Comment rejoint-t-on ou démarre-t-on un groupe ? On vient à une réunion d’information, et si ça nous plait,… on démarre directement !

Quand on commence, on ne rejoint pas un groupe existant : on démarre un nouveau groupe avec d’autres hommes qui démarrent eux aussi. Tout le monde est ainsi sur un pied d’égalité. Le groupe est constitué par les hommes qui se retrouvent ensemble à une réunion d’information et qui, à l’issue de celle-ci, souhaitent se lancer. Pour faciliter les premières réunions et faire en sorte que “la sauce prenne”, des “kits de démarrage” contenant des processus spécifiques et éprouvés sont donnés aux groupes qui démarrent, ainsi qu’une liste de salles où peuvent se tenir des réunions.

Quelle est la durée de vie d’un groupe ? C’est variable

Les groupes durent le temps que les hommes qui le composent souhaitent maintenir le groupe. Certains groupes durent 10 ans, 15 ans ou plus. D’autres ne durent qu’1 an ou 2, si “la sauce ne prend pas”. Certaines fois le groupe démarre à 10, puis au bout de quelque mois 1 ou 2 personnes partent, et le groupe retrouve une stabilité et une longévité à 8. C’est impossible à prévoir au départ.

Est-ce que c’est une démarche masculiniste ou machiste ? Non

L’objectif n’est pas de promouvoir les droits des hommes et leurs intérêts dans la société civile, ni de défendre une position dominante des hommes dans la société. L’objectif est de partager son vécu d’homme, en toute confidentialité, bienveillance et sécurité, avec d’autres hommes.